La fenêtre d’en face

N’aimant pas, même enfant, passer trop de temps chez lui, Ostende a très souvent trouvé refuge dans la maison de ses voisins d’en face, un couple de vieux Anglais passionnés par la chimie et les chats (sans associer cependant l’une aux autres). Ostende aimait beaucoup l’atmosphère de cet intérieur confiné où abondaient les félins (23 en moyenne) et régnait leur odeur – mêlée à celle des produits qu’il manipulait avec soin aux côtés du vieil homme. Certains n’ont pas manqué de voir dans cette expérience du mélange et du dosage l’origine de la vocation d’Ostende. Pourquoi pas, après tout. Cependant, rien n’est certain à ce sujet, sinon la trace de brûlure qui ne s’est jamais effacée à son poignet (très probablement due à une malencontreuse projection de soude caustique).